Un 1er salon de l’inclusion numérique, le 9 décembre à Charleroi

Un 1er salon de l’inclusion numérique, le 9 décembre à Charleroi

Covid Safe Ticket, banque à distance, e-mails… nous sommes tous confrontés à la numérisation du monde qui nous entoure. Tout le monde n’est cependant pas égal face à cette réalité. Pas toujours facile d’appréhender les outils de demain : par crainte, par manque de connaissances ou manque d’accès à ces technologiques… les raisons peuvent êtres nombreuses ! Cela résulte d’une fracture numérique plus ou moins profonde.

Pour ne pas laisser ces personnes de côté – on parle quand même potentiellement de 80.000 Carolos ! -, la Ville de Charleroi lance son premier salon de l’inclusion numérique. Il aura lieu le 9 décembre prochain, de 9h30 à 16h30, à Charleroi Danse.

Au programme : de nombreux stands et plusieurs conférences pour accompagner la population dans la transition numérique globale, accélérée par la crise sanitaire. « Selon le dernier baromètre de la Fondation Roi Baudouin, près de 40 % de la population est en situation de vulnérabilité numérique », confie à La Nouvelle Gazette l’échevin carolorégien du Développement numérique Éric Goffart.

Si l’événement ne devait à la base pas voir le jour avant 2022, « les difficultés d’accès au numérique se sont accentuées en même temps que le basculement numérique a accéléré durant la crise. Ça favorise un décrochage social et on ne pouvait plus attendre. En tant qu’acteur public, qui participe aussi à cette fracture numérique avec le E-guichet par exemple, la Ville se doit d’accompagner ses citoyens. »

Le public cible du salon ? « Les personnes en situation de précarité numérique, peu importe leur âge, ou les associations qui travaillent à les aider, dans tout Charleroi métropole, précise Eric Goffart. On connaît tous quelqu’un qui ne sait pas utiliser une souris d’ordinateur, qui n’ose pas installer une application bancaire, qui n’a pas de smartphone… » Les objectifs sont simples, du moins sur papier : déstresser sur l’utilisation, accompagner, sécuriser les environnements numériques, etc.

Il y aura 6 tables rondes et 3 conférences qui aborderont comment partir à la rencontre des personnes concernées, comment les aider et comment elles peuvent demander de l’aide, comment se former aux métiers du numérique… Le tout en présence d’invités reconnus, de nombreuses associations et même d’artistes comme Mochélan. Entre vingt et trente stands et ateliers seront également tenus toute la journée par Bpost, TechnofuturTIC, ENEO et bien d’autres acteurs de terrain. La Ville et le CPAS proposeront, eux, des aides relatives aux services en ligne : comment remplir sa déclaration fiscale, comment utiliser l’application « Itsme », etc.

Le salon sera entièrement gratuit. L’inscription aux conférences est nécessaire, via Eventbride ou par téléphone au 071/86.10.81 avant le 29 novembre. Le Covid Safe Ticket sera demandé, mais une aide préalable pourrait être mise en place pour l’installer d’ici là. Plus d’infos sur www.charleroi.be.

Charleroi met en ligne sa plateforme citoyenne

Charleroi met en ligne sa plateforme citoyenne

C’était une promesse de la tripartite carolo PS-C+-Ecolo. Elle est tenue : pour favoriser la participation publique, la ville vient de mettre en ligne sa plateforme citoyenne “Mon Opinion“, un projet sur lequel la Première échevine Julie Patte en charge de cette compétence a longuement travaillé avec ses services et les membres de son cabinet.

Cette plateforme vise à booster la co-construction citoyenne. À chacun l’opportunité de s’exprimer, de faire valoir une remarque, de répartir les dépenses.

“Lors des états généraux de la participation, constater Julie Patte dans la DH, la majorité des répondants souhaitaient être consultés en ligne. Nous avons donc développé un outil numérique en collaboration avec le service fédéral Stratégie et Appui.” Objectif : favoriser une nouvelle forme de lien et d’interaction entre les citoyens et les mandataires locaux.

Cette plateforme d’échange s’ajoute au dispositif existant, notamment aux conseils consultatifs et de participation. “Pour nous, c’est un moyen de mettre le citoyen au cœur des décisions“.

Charleroi est la première grande ville du pays à se doter d’un tel outil. “Pour le tester, nous avons décidé de mettre aux votes notre appel à projets “initiatives citoyennes”.” Sur les 34 projets introduits en 2021, 24 ont été présélectionnés. “Nous invitons notre population à désigner les lauréats et à affecter du budget depuis l’enveloppe fermée de 40 000 euros.” Un exercice inédit de démocratie participative. “Les répondants seront un peu dans la peau d’un échevin, appelés à faire des arbitrages financiers”, indique Julie Patte.

Le processus ne permet d’exprimer qu’un avis au départ d’une adresse IP ou d’un smartphone. Les avis ne seront pas anonymes vu l’obligation de s’identifier via un lecteur de carte ou l’application “It’s me”. “Nous n’avons pas contre pas voulu bloquer l’accès à des utilisateurs ne résidant pas sur le territoire. Un commerçant domicilié à Gerpinnes pourra ainsi se manifester.”

L’échevine veut mettre cette plateforme au service de tous les membres du collège. La fréquence idéale est d’une opération tous les 3 mois. Une assistance est assurée depuis la MPA du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30 au 071/53.91.53. Accès la plateforme : https://charleroi.monopinion.belgium.be.

Requapass : première formation 2021 “Le bénévolat, outil d’insertion socio-professionnelle”

Requapass : première formation 2021 “Le bénévolat, outil d’insertion socio-professionnelle”

Ce samedi, la Maison Pour Associations a donné, dans le cadre du programme européen Requapass, une formation “Le bénévolat, outil d’insertion socio-professionnelle”, la première du genre en 2021 (à cause de la crise sanitaire) et dans une version complète.

Au programme : cadre général associatif, présentation et test des outils, projection de vidéos dont celle d’un homme qui a retrouvé du travail grâce au bénévolat,…

L’ASBL “Eglise évangélique italienne de Marcinelle” s’est montrée très réceptive tant face aux animations pédagogiques qu’aux outils numériques. Elle pourra dorénavant donner ce type de formation, avec le soutien de la MPA si besoin, à ses bénéficiaires.

Rappelons que Requapass (REconnaissance et QUAlification des Parcours ASSociatif) est un programme Interreg auquel la Maison Pour Associations participe avec ses homologues françaises de Roubaix et Tourcoing et avec l’association lilloise Interphaz. Requapass vise à mettre en valeur les compétences acquises/développées en milieu associatif, à faire davantage reconnaître leur importance et à montrer que de telles qualités sont aussi recherchées sur le marché de l’emploi.

Cette formation vous intéresse, vous association ou professionnel de l’insertion socio-professionnelle ? Inscrivez-vous via l’adresse mail formations.requapass@gmail.com. Et pour plus d’informations, consultez le site www.requapass.eu (un onglet sur la page d’accueil du présent site vous permet d’y accéder directement) et spécialement la page “former les acteurs”.

Deux autres présentations, en visio-conférences celles-là, seront données par la MPA les 21 et 29 juin à 9h. Vous pouvez vous inscrire auprès de vincent@mpa80.be. Nous l’aborderons aussi lors de notre colloque de ce 17 juin à la MPA dès 9h15, où nous serons en visio avec nos partenaires français réunis à Tourcoing. Inscrivez vous également via vincent@mpa80.be.